Sympathie et empathie : quelle est la différence ?

L’empathie est une faculté humaine qui nous permet de comprendre autrui en identifiant son problème ou sa douleur. L’empathie fait donc partie des caractéristiques fondamentales de l’homme et de sa capacité à vivre ensemble. Ne pas avoir d’empathie est extrêmement préjudiciable car cela empêche celui qui en est dépourvu d’identifier les émotions de ceux qui l’entourent et donc d’interagir de manière appropriée. Avoir trop d’empathie est également préjudiciable car cela entraîne une volonté de résoudre les problèmes de ceux qui sont autour de soi en les privant de leurs émotions. S’en suit un sentiment d’ingratitude injustifié. La sympathie est une prise de conscience du vécu d’une autre personne avec le sentiment que la situation est digne d’attention de notre part. C’est une sensibilisation à la connaissance de l’autre. C’est la possibilité de sélectionner les bonnes réponses émotionnelles appropriées pour les états émotionnels apparents de l’autre. Il y a entre nous et l’autre une distance émotionnelle car dans ce cas, on ne prend pas l’émotion de l’autre pour nous même. Cela veut dire que l’on garde une certaine distance. Or, cette distance peut nous permettre de nous mettre à la place de l’autre (et non penser à sa place) pour l’aider comme il le souhaite et non comme nous aimons être aidés.

Comprendre l’empathie et la sympathie

Être empathique signifie voir les choses du point de vue d’une autre personne ou s’imaginer dans la même situation qu’elle et déterminer ce que cette personne ressent (sur la base de ses propos, du ton de sa voix, de l’expression de son visage, de son langage corporel, etc.). L’empathie est essentielle pour comprendre, communiquer et établir des relations efficacement en milieu de travail, ce qui en fait un aspect clé d’un bon leadership. L’empathie nous aide à établir des liens avec les membres de l’équipe et les collègues.  L’empathie nous permet d’établir la confiance dans nos relations. L’empathie peut nous aider à comprendre et à anticiper le comportement des membres de l’équipe.  L’empathie peut nous aider à prendre des décisions plus avisées. L’empathie peut être en corrélation positive avec le rendement professionnel. Les gestionnaires qui font preuve de plus d’empathie peuvent être considérés comme des membres de l’équipe plus performants. L’empathie nous aide à créer des liens interpersonnels étroits et essentiels pour assurer le succès de l’équipe dans son ensemble. Les gestionnaires empathiques sont mieux équipés pour soutenir les membres de l’équipe qui vivent des bouleversements. Ceux qui sont peu empathiques (particulièrement en période d’incertitude ou de crise) peuvent sembler indifférents, peu attentionnés et peu authentiques, ce qui rend les membres de l’équipe moins coopératifs et moins communicatifs. Bien qu’ils soient souvent interchangeables, les termes empathie et sympathie présentent toutefois des différences importantes. L’empathie sous-entend le partage des expériences émotionnelles d’une autre personne et est fondée sur une compréhension inexprimée. En d’autres termes, nous sommes capables de ressentir nous-mêmes les émotions d’une autre personne et de les comprendre sans nécessairement avoir à exprimer cette réaction. À l’opposé, la sympathie sous-entend un soutien et une offre : nous offrons notre aide et notre affection à la personne, en lui soulignant, par exemple, que nous avons du chagrin pour elle. Bien que les sentiments exprimés soient authentiques, cela ne veut pas dire pour autant que nous comprenons la situation vécue par la personne.

La différence entre la sympathie et l’empathie

L’empathie signifie ressentir en dedans. On partage le point de vue d’autrui, pour observer ses pensées et sentiments. La conscience de soi se place dans la situation d’un autre pour partager son expérience. Il y a une recherche de compréhension et conscience. L’empathie est plus difficile à réaliser pour de nombreuses raisons. Nous ne devons pas seulement écouter activement le problème d’une autre personne sans juger, nous devons également être honnêtes avec nous-mêmes et l’autre personne concernant nos sentiments en tant qu’auditeur. L’empathie peut être de l’ordre de la pensée soit une faculté intellectuelle : si lorsque vous voyez une personne qui rougit vous en déduisez qu’elle est gênée ou bien si cette personne pleure et que vous en déduisez qu’elle est triste, alors que cette personne ne vous l’a pas dit, vous faites preuve d’empathie. L’empathie est alors une propriété qui vous permet de comprendre une autre personne sans qu’elle se soit exprimée. L’empathie peut participer de la pensée et de l’émotion : si au même temps que vous comprenez la souffrance d’autrui vous êtes capable de ressentir une version très atténuée de sa douleur. C’est cette faculté qui va faire que par exemple des fois si vous voyez une personne se couper le doigt, vous ressentez la douleur très fugacement et vous vous touchez le doigt ! En général, pour ressentir cette empathie il faut avoir expérimenté le même type de douleurs que l’autre personne.  Cette relation établit des liens qui renforcent la confiance et la compréhension qui sont positifs et sains pour les deux personnes. Plus tard, il pourrait être approprié de chercher une solution. Rien au monde ne me fait sentir mieux que lorsque la famille ou des amis de confiance comprennent ma situation. Cela me fait sentir mieux car ils me permettent de savoir où j’en suis, et je me sens souvent perdu dans ma vie. La notion de sympathie est une notion bien différente de la notion d’empathie en ce sens qu’elle nous permet de garder une certaine distance émotionnelle avec autrui. La sympathie nous amène à nous intéresser à la vie, aux émotions et aux problèmes possibles d’une autre personne que nous, car cette dernière est jugée attractive. Si de nos jours dans le langage commun, la sympathie ne désigne plus que le penchant naturel d’une personne pour une autre, au sens psychologique, elle désigne la capacité d’une personne à se mettre à la place de l’autre pour sélectionner efficacement le comportement à avoir avec une personne affectée. La différence avec l’empathie réside alors dans cette subtilité qui fait que vous êtes en mesure de comprendre autrui mais que vous ne ressentez pas pour lui. C’est pour cela que vous jouissez dans cette position d’une distance plus importante.