La solitude et ses effets sur notre santé

Nous vivons dans un monde où la solitude est devenue un phénomène de masse. Toutefois, on parle beaucoup trop rarement des effets de la solitude sur la santé et de ce qui peut être fait pour y remédier. Ses effets dépendent de plusieurs paramètres. Pour la plupart des gens, la solitude est une expérience douloureuse. Dans le passé, l’intégration de l’individu dans la communauté était considérée comme une évidence. Cependant, avec l’industrialisation et de l’émergence de nouveaux modèles de sociétés, l’individualisme s’est frayé un chemin.

En 2019, ABC, une société de radiodiffusion publique en Australie, a lancé une grande enquête à laquelle ont pris part plus de 54 000 personnes. On leur a posés environ 500 questions sur leurs pensées et leurs sentiments. Les résultats soulignent l’impact de la solitude ou du manque d’intégration sociale et de soutien sur la santé.

Des constats sans appels sur les effets néfastes de la solitude

Plusieurs constats ont été dressés. A titre d’exemple, la solitude augmente le risque de décès, et ce bien plus que l’obésité, la consommation d’alcool et le manque d’exercice. En outre, l’étude a montré que la solitude est aussi néfaste que le tabagisme lourd. Le contact social est souvent plus important que la sécurité financière. La plupart des gens ne sont même pas conscients de la nocivité de la solitude.

D’autre part, d’autres enquêtes ont été menées au Royaume-Uni et aux États-Unis. Des recherches menées par The Conservation ont montré que les retraités se soucient davantage de leurs relations sociales et de leurs santé physique et mentale (4 fois plus) par rapport à leur situation financière.

La solitude touche tout le monde, mais à des degrés différents

On pense, à tort, que la solitude ne touche que les personnes âgées. Or, même les plus jeunes sont concernés. En effet, plus d’un quart ont déclaré qu’ils se sentaient “souvent ou toujours seuls”. En comparaison, deux tiers des seniors interrogés ont déclaré qu’ils se sentaient rarement ou jamais seuls. Et qu’en est-il de la situation résidentielle ? Les personnes vivant dans les campagne ressentent-elles vraiment moins souvent la solitude que ceux de la ville ? Selon l’enquête ABC, c’est une vérité, mais la différence n’est pas significative.

De fait, jusqu’à 50 % des citadins ont déclaré se sentir seuls occasionnellement, souvent ou toujours, contre 42 % des ruraux. La pauvreté engendre la solitude et la solitude engendre l’extrémisme. L’enquête a, également, révélé que deux fois plus de personnes ayant un revenu mensuel très faible (370 euros) se sentent seules “souvent ou toujours”, et ce par rapport à celles ayant un revenu plus élevé (1 840 euros). Cela correspond à un fait souvent négligé. La pauvreté est l’une des causes les plus importantes de la dépression et d’autres maladies mentales dans le monde. Ces mêmes maladies entraînent, à leur tour, des sentiments de solitude.

Les solutions face aux effets néfastes de la solitude

Que peut-on faire face à la solitude ? Tout d’abord, vous devez découvrir par vous-même si vous êtes simplement “juste” seul ou que vous aimez être seul, ou si vous souffrez d’être seul d’une certaine manière. Il s’agit donc de savoir si votre solitude est réelle. Les personnes qui souffrent de la solitude vivent souvent avec leur famille ou même dans une relation, mais elles se sentent incomprises, mal à l’aise, rejetées et seules à long terme. Être seul peut donc conduire à la solitude, mais ce n’est pas une fatalité. En même temps, la vie avec d’autres personnes ne vous protège pas nécessairement de la solitude, de sorte qu’en fin de compte, cela dépend toujours de chaque personne de savoir si et pourquoi elle se sent seule et quelles mesures pourraient l’aider personnellement à surmonter cette forme de solitude

Pour faire face aux effets de la solitude, il est conseillé de sortir et de rencontrer des gens, de s’impliquer dans les travaux d’intérêt général, de s’inscrire au club ou à l’association la plus proche, de chanter dans la chorale de l’église, de suivre des cours au centre d’éducation des adultes, de se rendre au groupe de course ou, si nécessaire, d’appeler la ligne d’assistance téléphonique. Il existe de nombreuses solutions.

Par ailleurs, il n’est pas rare que les personnes seules se sentent seules, non pas parce qu’elles manquent d’idées du genre de celles présentées, mais parce qu’elles ont des problèmes complètement différents. Cela a peut-être commencé par une perte d’emploi, une séparation d’avec leur partenaire, une défaite professionnelle ou une autre expérience stressante qui a entraîné une surcharge psychologique. On se retire et on perd la joie de l’échange avec les autres. La dépression est là et avec elle, souvent, un sentiment de solitude.

Se confier à un médecin, à un proche, à quelqu’un de confiance

S’agit-il de solitude ou de dépression ? Si la solitude est le symptôme de la dépression, il convient alors de mettre en œuvre des mesures contre la dépression. Si la dépression peut être traitée avec succès, la solitude, et avec elle le manque de motivation, disparaissent, de sorte que ce n’est que maintenant que les solutions peuvent être mises en œuvre.

Dans ce contexte, il est possible de contacter le médecin de famille en cas de sentiment de solitude stressant et de se faire prescrire une psychothérapie sur place. Il y a, par exemple, les thérapies par la parole et les programmes d’exercices, etc. Il est bon de se confier à quelqu’un qui vous comprend et qui offre de telles solutions pouvant être mises en œuvre étape par étape sans surcharge. Autrement dit, vous n’êtes donc pas seul, mais vous vous sentez seul. Cependant, un sentiment est, généralement, précédé d’une pensée, et les pensées peuvent être dirigées, contrôlées et examinées. Nous n’avons pas à être les victimes impuissantes de nos propres pensées.