Cinq conseils sur le bonheur.

Matthieu Ricard est un moine bouddhiste qui a été appelé “l’homme le plus heureux du monde”. Né en France et diplômé en 1972 en génétique cellulaire, Matthieu a vécu une crise existentielle qui l’a conduit sur les contreforts de l’Himalaya. Il y a demandé à être admis dans un monastère bouddhiste dans l’intention de faire l’expérience de la vie monastique et y est resté pendant 13 ans, devenant également l’interprète français du Dalaï Lama.

Il vit au Tibet depuis plus de quarante ans, mais il y a quelques années, il a accepté de participer à une expérience de l’université du Wisconsin sur le bonheur. Les chercheurs ont rassemblé un grand nombre de personnes du monde entier, dont les professions, la classe sociale, l’âge et la richesse étaient différents. Ils ont mené des études approfondies sur la zone du cerveau responsable de l’émotion positive, c’est-à-dire du bonheur : jusqu’alors, le niveau maximal d’émotion positive était enregistré à 0,30. Matthieu a enregistré 0,45, un paramètre qui lui vaut le titre d’homme le plus heureux du monde.

Évidemment, ce ne sont pas les chiffres qui déterminent le nom de cette souris, mais il est indéniable que Matthieu Ricard est une personne sereine et en paix avec elle-même comme peu d’autres. Comment a-t-il atteint cet état de béatitude apparemment inaccessible de nos jours ? Il l’a expliqué dans ses nombreux livres (tous disponibles sur Amazon), mais dans le passé, il a également donné 5 conseils simples pour être heureux. Voici ce qu’ils sont.

1. Ne vous inquiétez pas de ce que vous ne pouvez pas résoudre.

A quoi bon s’inquiéter ? Lorsqu’une difficulté ou un obstacle se dresse sur votre chemin, vous avez deux possibilités : s’il existe une solution, mettez-la en pratique sans y penser ; s’il n’y a pas de solution, il est inutile de s’inquiéter ! Détendez-vous et pensez à d’autres choses à faire.

2. S’entraîner pour une vie heureuse.

Plusieurs choses sont nécessaires pour avoir une vie heureuse, qui fonctionne de manière optimale. Des facteurs tels que l’attention, l’amour, la paix intérieure, la liberté intérieure… Mais tout cela doit être appris, tout comme on apprend à jouer aux échecs ou à lire. Nous savons que nous pouvons nous améliorer dans ces activités en nous exerçant constamment, mais en même temps, nous ne pouvons pas espérer devenir soudainement heureux en ne faisant rien. C’est comme dire : “Je ne veux pas m’exercer au piano, mais je veux jouer comme les grands maîtres”. Vous ne pouvez pas améliorer vos compétences sans vous entraîner, et pour le bonheur, c’est la même chose : entraînez-vous à être heureux.

3. Trouvez votre flamme.

Quand j’avais une vingtaine d’années, j’étais très confus. Je me suis demandé quelles compétences je devais améliorer, ce que je devais faire pour être heureux, pour être reconnaissant d’être en vie. Je pense que se poser ces questions est crucial, surtout pour les jeunes. Les jeunes sont pris et entraînés dans toutes les choses qu’ils doivent faire dans leur vie. Parfois ils le font consciemment, parfois non. Mais il arrive un moment où il faut s’arrêter et se demander : qu’est-ce qui est vraiment important ? Après cette question, quelque chose va émerger en vous. Il est important de trouver cette flamme qui donne un sens à votre vie, et elle peut se trouver là où vous l’attendez le moins. Mais je vous assure que quelque part, elle est là. Il y a une activité, un domaine, où vous vous sentez vraiment heureux. Commencez à le chercher.

4. Le bonheur appartient à tout le monde.

Adoptez la philosophie de l’amour désintéressé, l’idée que les gens trouvent leur bonheur dans le bonheur des autres. Pourquoi ? Parce que je ne le fais pas ! Pourquoi ne voudrais-tu pas que tout le monde soit heureux ? Pourquoi voudrions-nous exclure quelqu’un du bonheur ? Parce que le fait est que vous n’avez pas besoin de mensonges, de haine et de violence pour rendre tout le monde heureux. En faisant des choses horribles, on ne peut pas être heureux et on ne peut pas rendre les autres heureux. Être heureux signifie être compatissant, libéré de la souffrance, de la faim, de l’arrogance, du narcissisme. L’altruisme et la compassion ne signifient pas pardonner à tout le monde. Cela ne signifie pas qu’il faut aller voir un dictateur sanguinaire et lui pardonner toutes les choses terribles qu’il a faites. Être compatissant, c’est chercher la racine de la souffrance et l’arracher. Même là, vous trouvez le bonheur.

5. Soyez utile.

Partout où je vais dans le monde, j’essaie d’être utile à quelqu’un. Pourquoi ça ? Parce que je serais parfaitement bien même dans mon monastère de l’Himalaya, je n’aurais aucune raison de bouger. Mais si je le fais, je le fais pour aider les autres. Lorsque vous faites quelque chose, essayez de le faire pour aider quelqu’un d’autre. Sinon, quoi que vous fassiez, vous perdez votre temps.